rencontres

› Figures de femmes transgressives


13 janv, 15h Médiathèque Pablo Neruda, Malakoff

Femme fatale, beauté infernale et vampire, Lulu mène les hommes à leur perte quand ils croient la dominer. Dévoreuse d’âmes, croqueuse de fortunes, inatteignable, inaccessible, elle est emportée dans une course folle au sexe et à l’argent jusqu’à sa chute. Quant à Marie, la fille d’un commerçant lillois dans Les Soldats, elle finit par trahir son fiancé malgré les mises en garde de son père, pour devenir la maîtresse de Desportes. Ce sera le début d’une longue déchéance. Passant d’un amant à l’autre, elle finira comme une misérable fille à soldats.
Deux destins parallèles qui ouvrent le débat sur le théâtre comme lieu d’émancipation sexuelle et sur les figures féminines, prisonnières du désir, qui transgressent les conventions et les normes.
Une rencontre menée par Jean-Pierre Han, avec les metteurs en scène Paul Desveaux et Anne-Laure Liégeois, ponctuée de lectures choisies et lues par François Leclère et Nadja Maire.

Paul Desveaux

Il est passionné de littérature

Il est passionné de littérature débute comme comédien au Cours Florent, puis fonde sa compagnie, L’Héliotrope, en 1997. La particularité de son travail théâtral, outre le choix de textes majeurs et fondateurs du théâtre contemporain, réside dans son esprit de troupe et dans la place qu’il donne à la musique et à la danse comme porteuses de sens au sein de ses créations. Il a mis en scène Pollock (2009), Sallinger (2012) et Pearl ou l’histoire très librement inspirée de la vie de Janis Joplin (2013). En décembre dernier, il a présenté à l’Abrons Arts Center et l’Ambassade France à New York, Pollock/Pearl/Diane Self Portrait : an American Trilogy. En 2016, il a créé au Centre Dramatique de Fribourg (Suisse) Le Garçon du dernier rang de Juan Mayorga ; spectacle présenté dans le cadre du festival Terres de Paroles à la Scène nationale de Dieppe.

Anne-Laure Liégeois

Elle est passionnée par (...)

Elle est passionnée par les écritures scéniques contemporaines comme par les textes du répertoire, elle tisse dans chaque spectacle une relation privilégiée avec la peinture, avec le jeu des corps, avec la façon dont l’intime mène le monde. Ses spectacles interrogent le lien et la confrontation du pouvoir, de la mort et de l’amour. Elle a mis en scène des textes de Georges Perec, de Patrick Kermann, de Molière, de Sénèque, de Marivaux etc. Elle a inventé de nouvelles formes de collaboration avec les auteurs vivants : Marie Nimier, Jacques Serena, Jean-Bernard Pouy, Pierre Notte, Caroline Lamarche…, inventé Embouteillage, ou Ça. Elle a dirigé entre 2003 et 2011 le CDN de Montluçon/Région Auvergne. Elle a également monté en 2013 La Maison d’Os de Roland Dubillard au Théâtre du Rond-Point. Macbeth de Shakespeare créé en 2014 complète une trilogie élisabéthaine/ jacobéenne commencée en 2008 avec Edouard II de Christopher Marlowe et poursuivie en 2010 avec La Duchesse de Malfi de John Webster. En 2015, elle crée Les Époux de David Lescot et reprend The Great Disaster de Patrick Kermann. Elle adapte et met en scène Don Quichotte d’après Cervantès en 2016, On aura tout de Christiane Taubira, feuilleton au jardin Ceccano du Festival d’Avignon 2017.

Nadja Maire

Elle s’est formée en France (...)

Elle s’est formée en France avec Richard Demarcy et Emmanuel Demarcy-Mota puis à l’École Claude Mathieu. Elle poursuit ses études en Russie au Conservatoire national de Saratov avec Anton Kouznetsov puis à Saint Petersbourg à l’Académie nationale des Arts du théâtre. En 2007, elle intègre comme comédienne permanente la troupe du théâtre de Piotr Fomenko (à Moscou) jusqu’en 2014. Elle travaille notamment sous la direction de Piotr Fomenko, Evgeniy Kamenkovitch, Nikolai Druchek, Ivan Popovski, Dmitriy Rudkov et Youri Butorin. En 2008, elle reçoit le Prix d’interprétation (« zolotoi vityaz ») pour son rôle de Daisy dans Rhinocéros (mise en scène d’Ivan Popovski). En 2014, elle revient en France et travaille avec Richard Demarcy sur La Farce de Maître Pathelin (2015). Nadja Maire pratique également le chant polyphonique (alto).


BILLETTERIE EN LIGNE

13 janv, 15h Médiathèque Pablo Neruda
24 Rue Béranger, Malakoff
› entrée libre sur réservation


Imprimez
Parlez-en